Qu’est-ce qu’un Système de Gestion des Apprentissages

Appelé couramment SGA ou LMS en anglais (Learning Management System), le Système de Gestion des Apprentissages est une plateforme d’apprentissage.

Contrairement à ce que l’on peut penser, le SGA n’est pas dédié uniquement au milieu scolaire. En effet, il est utilisé pas de grands groupes pour faire des formations d’adultes et prend beaucoup d’importance aujourd’hui dans le milieu universitaire. (Je me souviens de la plateforme WIMS que nous utilisions en tant qu’étudiants à l’université de Sciences de Nice).

Mais il existe plusieurs SGA différents. Alors au fond, quelles sont ses fonctions incontournables ?

5 fonctions sont incontournables pour les SGA, même si les fonctionnalités et les outils diffèrent. Ces 5 fonctions sont mises en relation pour permettre un suivi de l’étudiant (ou de l’élève) et une individualisation de son parcours d’apprentissage. (Vous trouverez l’ « Architecture basique des fonctions dans les LMS » dans Des plateformes pour enseigner à distance de Brunel, Girard et Lamago)

INFORMER :

- Faire circuler une information auprès de l’élève ou de sa famille

- Importer des ressources pédagogiques existantes et les transmettre

PRODUIRE :

- Produire des ressources pédagogiques numériques (exercices, leçons, quiz...)

- Produire des ressources informationnelles (information administrative, document à remplir...)

ACCOMPAGNER :

- Commenter l’activité de l’élève

- Donner des indices dans les activités

- Utiliser la messagerie ou la classe virtuelle avec un ou plusieurs élèves pour une remédiation ou un exercice pas à pas

COLLABORER :

- Utiliser la classe virtuelle ou la messagerie sous forme de tutorat ou de travail de groupe

- Faire une activité à plusieurs (telle qu’un escape game numérique)

ORGANISER :

- Intégrer ses élèves dans différentes classes en fonction du contenu que l’on souhaite leur proposer

- Proposer les activités aux élèves sous forme de liste ou de planning

- Classer ses activités sous forme de progressions avec des niveaux déblocables au fur et à mesure des réussites de l’élève

- Suivre l’activité des élèves (leur performance, leur persévérance en fonction des matières et compétences)

Les SGA ont été plébiscités durant le confinement pour leur facilité d’utilisation par les enseignants. Car bien qu’étant un outil très complexe, il permet de réaliser rapidement des ressources très correctes et permettant d’assurer le suivi des élèves, d’avoir un œil sur leurs activités et de prévoir une remédiation grâce au commentaire, à la messagerie ou à la classe virtuelle. Il est aussi attractif pour l’élève qui s’attache à cet outil qu’il conçoit comme un compagnon et une mascotte. Mais son principal avantage est qu’il réunit en un seul outil (un seul compte enseignant, un seul compte par élève) tout ce qui est nécessaire à l’apprentissage numérique, suivi et individualisé.

Mais il n’est pas qu’un outil à distance. 80% des étudiants en université aujourd’hui pensent qu’il est indispensable à leur apprentissage et qu’ils seraient moins performants s’ils n’utilisaient pas de SGA.

Alors comment utiliser le SGA hors temps de confinement ? Comment faire un lien avec nos pratiques de classe ? Pour répondre à ces questions, je vais évoquer mon expérience mais aussi celles de mes collègues utilisant un SGA.

- En devoir : Houou... le vilain mot ! Cette année, je me suis retrouvée en CP avec des élèves très faibles et surtout des élèves allophones ou issus de famille ne parlant pas correctement notre langue. J’ai donc pu me servir du SGA pour écouter leur lecture individuelle (que je demandais de faire à la maison) mais aussi pour m’enregistrer afin de leur donner une correction parfaite. Ils ont aussi pu s’entrainer à réciter des poésies ou faire de petits quizz sur les suites de nombres, calculs.... Cela me permettait, un peu à la manière d’une classe inversée, d’observer le soir quels élèves étaient réellement en difficulté sur une notion et de prévoir ma remédiation pour le lendemain.

- En APC : Tout d’abord pour des élèves qui n’auraient pas d’accès internet à la maison (pour ne pas les isoler du reste de la classe). Mais aussi pour que les APC soient plus motivantes. Cela nous permet de travailler en petits groupes.

- En atelier : J’adore travailler en ateliers. Durant mes 9 années en CM1/CM2, j’ai pu observer différentes modalités d’enseignement et celle-ci m’a beaucoup plu. Mais j’avais un souci : ou bien je faisais travailler les groupes en autonomie sur fiches mais cela demandait beaucoup de correction et un retour obligatoire, ou bien je les faisais travailler en manipulation mais je ne pouvais pas contrôler ce qu’ils faisaient et je risquais de passer à côté d’erreurs ou d’incompréhensions. En travaillant avec les élèves sur le SGA en classe, cela me permettait de m’occuper du groupe en atelier dirigé tout en vérifiant régulièrement sur une tablette ou mon smartphone, ce que faisaient les élèves à l’autre bout de la classe. Je pouvais ainsi m’éclipser une ou deux minutes pour donner des conseils précis.

- En groupes : J’ai pour ma part créé des escape games éducatifs sur le SGA Albert Education. Les élèves travaillent en équipes sur la résolution de l’histoire en développant des compétences didactiques (lecture, compréhension, calcul, résolution de problème, culture générale.....) mais aussi des compétences sociales (écoute, communication, consensus, argumentation...).

N’hésitez pas vous aussi à partager vos expériences pour enrichir la réflexion de tous. Merci !

Rédigé par Audrey